Le film Hotel du Nord m’a emmené à chercher des vidéos sur Jean Cocteau (certainement parce que l’un des personnages lui ressemble). C’est ainsi que je suis tombé sur cette interview, où il explique comment il a réalisé la Marianne pour un timbre. (à 1.43 min)

Ce qui est drôle c’est de voir comment un artiste, aussi grand et renommé que lui, se retrouve confronté aux mêmes problématiques que le commun des mortels graphiste ! Il explique comment le dé-singularisme et le conventionnalisme interviennent lorsque l’on travail en équipe et surtout quant on répond à une commande.

Outre la parenthèse faite sur cette vidéo de Jean Cocteau, le travail sur le timbre est un projet graphique très interessant. Ce qui est drôle c’est que pour chaque période l’image de la Marianne révèle l’image que la France veut se donner. Je ne pense pas qu’un timbre comme celui de Cocteau puisse être « validé » aujourd’hui. De mon côté j’ai toujours en tête celui du bicentenaire de la révolution réalisé par Louis Briat. Je ne sais pas pourquoi…


Une autre personne s’est risqué (ou a eu la chance) de travailler sur des timbres c’est Roger Excoffon :

 

 

 

 

 

 

Grand graphiste que ce Monsieur. Peter Gabor a d’ailleurs (et comme souvent) écrit un article très complet sur lui. C’est au travers de cette lecture il y a plusieurs années maintenant que j’ai réussi à mettre un nom sur des visuels marquants de mon enfance. Pour moi Excoffon a donné l’image des trentes glorieuses ! Il faut dire qu’il a signé la charte graphique de nombreux événements marquants de cet époque : le logo Air France (avec la typographie Antique Olive), les jeux olympiques de Grenoble 68, éditions Larousse (toujours à la fin de Question pour un champion)…


C’est aussi des typographies :

Antique Olive

Banco

Mistral