Graphisme engagé ?

Je viens de recevoir cette vidéo dont l’idée est excellente :

Elle a été réalisée par Rethink Communications pour l’organisation Notankers.

Chaque graphiste, à un moment ou un autre, se demande quel impact aura ses images. Enfin je l’espère vraiment que tout un chacun se pose cette question ! Il y’eu un moment où je  pensais que le pouvoir des images permettait de reverser des gouvernements, des systèmes politiques ! Je voyais les affiches de mai 68 (qui n’ont rien fait tomber du tout)

Elles ont été réalisées par des graphistes anonymes dans des ateliers stratigraphiques populaires, afin de soutenir le mouvement politique. Des Beaux arts, et surtout les Arts Décoratifs de la ville de Paris (à partir du 29 mai) se mettent eux aussi à soutenir le mouvement par leur production de visuels. Tout est résumé sur le blog de Justineinfocom dans sont article.
Le mot important je crois que c’est celui de « soutenir ». Voila pour moi où se situe le rôle du graphiste. Il n’est pas l’acteur, il est le reflet des choses qui se déroulent. (C’est drôle parce que le terme de reflet est un élément visuel très intéressent) On parle souvent du rôle important des affiches polonaises sous le joug de l’URSS. Mais, pour moi, ce n’est pas par leur dénonciation propre qu’elles ont mis en exergue le mal être de ce pays, mais surtout par leurs oppositions graphiques au « réalisme soviétique ». Henryk Tomaszewski est certainement celui dont le travail le symbolise le plus ce propos, je vais mettre ses affiches en parallèles d’affiches soviétique de la même époque.

Réalistes soviétique
j’ai trouvé une superbe banque d’affiche sur le Tumblr de Only tradition

 

Aussi les sculptures

 

Et je ne connaissait pas : La photographie d’Art soviétique
Très belles pages sur le blog photoderussie

 

On comprend avec ces exemples que le style Polonais se détache largement de « ce réalisme » et tant à montrer le mal être du peuple polonais à cette époque. Les symboles continueront à suivre la tendance, et on ne peut oublier le fameux « Solidarnosc » réalisé par Jerzy Janiszewski

Je pense que le graphisme est un révélateur de l’image d’une société, et il met ainsi en exergue les maux de celle-ci de façon inconsciente. Il y’a bien sûr des exceptions, je pense notamment à Adrien Zammit. Pour lui le métier de graphiste ne semble pouvoir passer que par l’engagement. Je regrette souvent de ne pas avoir plus le temps de lire son blog.

 




Je pense que pour bien finir cette article, et pour me sauver de toutes les bêtises que j’ai pu dire, je ne peux pas oublier de citer dans cette page le collectif Grapus.